Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Nirgal
  • Wanderer.
Favourite places : Inside the Mind and Outer Space.
  • Wanderer. Favourite places : Inside the Mind and Outer Space.

Rechercher

Archives

24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 18:48
Le langage a permis la transmission de connaissances en tous genres, il est le ciment de nos sociétés. Il nous permet d'explorer des mondes impalpables, les idées.

Mais le langage est limité. Une foule de choses sont presque impossibles à exprimer avec des mots. C'est là que l'imagination entre en jeu. Elle complète, magnifie le sens des mots, permet de se l'approprier. On interprète donc les mots en fonction du sens, de la force, de la beauté qu'on leur attribue.

Cela peut être source d'incompréhension, parfois de "sur-compréhension". C'est-à-dire que le sens premier ou la beauté d'une phrase pourra être amplifié dans certaines interprétations personnelles.

Un exemple très concret est le jeu du téléphone arabe. Le message initial finit toujours par être amplifié, modifié, interprété...

De plus, il est très difficile de trouver les mots justes et précis permettant de retranscrire une émotion, voire parfois une information. Sans oublier tous les autres obstacles tels que les différences culturelles, de langues, bien que cela fasse partie intégrante de la richesse du langage.

Désormais, nous communiquons à distance, grâce à la lumière, les ondes, grâce au réseau que nous avons tissé autour de la planète et entre les personnes. Il est possible de transmettre une information qui touchera des millions de personnes instantanément. La transmission des connaissances se fait plus rapide, plus simple.

Je parlais de pyramide inversée juste ici. En fait, j'aurais dû parler de courbe exponentielle.

La connaissance, tout comme la spécialisation du langage, évolue de plus en plus rapidement. Il y a quelques centaines d'années, les scientifiques touchaient à peu près à tous les domaines en même temps, ils peignaient, écrivaient, étaient physiciens, philosophes, biologistes. C'est désormais impossible. Le degré de spécialisation de chaque discipline devient de plus en plus important.

On voit donc là une des limites du langage, et par extension sur celui de la transmission de la connaissance, sujet sur lequel je reviendrais un autre jour.

Mais il y en a une foule d'autres. Par exemple, il est des concepts, des idées qui n'ont pas de mots, de même pour certaines émotions complexes. On parvient souvent à contourner cette difficulté en écrivant de longs développements. Ils nous est parfois nécessaire d'inventer des mots ou d'user de néologismes... mais le résultat final reste imprécis, balbutiant.

Ainsi, si le langage est limité, quelle sera son évolution ?

Pour ma part, je pense que le langage ne peut être dissocié des connaissances. Or, nous sommes déjà face à des connaissances dépassant le langage, et inversement. Ainsi, le langage a ses limites, que nous approchons à grands pas.

Aussi étrange que cela puisse paraître, je pense qu'internet est un des prémisses de l'évolution du langage. Certes, internet représente un potentiel presque infini, mais les implications sur le langage me semblent fascinantes.

Il est désormais possible de transmettre une idée, un concept, etc, en l'illustrant de photos, d'images, de musique, de films...

Ainsi, il est possible de proposer un langage qui se rapproche du mode de fonctionnement de la pensée : des mots, des images, des impressions, des sentiments, des émotions. Il va très vite être possible de transmettre tout cela. Internet ouvre la voie, les technologies le permettant suivront.

Le succès des blogs ainsi que celui des sites tels que youtube ou dailymotion me semble assez parlant. Ils ouvrent la voie vers un nouveau langage, une nouvelle manière de communiquer.

Mais nous n'en sommes qu'aux balbutiements. Tout reste à venir, et surtout à inventer...
Repost 0
Published by Nirgal - dans Pensées
commenter cet article
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 13:39

Je suis tombé sur un dossier dans lequel j'avais mis des vieux textes, certains vieux de plus de 10 ans. Et j'ai aussi retrouvé un exemplaire de rêvons des révolutions, un journal anarcho fait avec des potes au début du lycèe.

Ca m'a bien fait délirer de tomber là-dessus. Bon, le journal était pas top, pas super bien écrit, pas forcèment intéressant, mais ça m'a rappelé tant de souvenirs...

Et j'ai ainsi retrouvé Révélation. Je me souviens du jour où je l'ai écrit. Je m'étais réveillé en pleine nuit, les yeux grands ouverts, une phrase dans la tête. Un appel impérieux, une nécessité d'écrire...

Je l'ai un peu retravaillé pour l'occasion, bien sur.



Dans le journal, mon texte était accompagné de cette illustration. Je la dois à Juliane. Elle l'avait faite après l'avoir lu. Je la trouve superbe. Réellement superbe.

Juliane, si un jour tu passes par ici, contacte-moi !

Repost 0
Published by Nirgal - dans Textes
commenter cet article
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 10:35
J'ai un peu retravaillé un texte que j'ai écris il y a trois ou quatre ans. C'est un texte en prose assez court avec une ambiance légèrement teintée d'heroic fantasy.

Le guerrier sur la colline

Si vous souhaitez laisser des commentaires, faites-le à la suite de ce billet. (Et dites-moi si le fait de séparer les textes des billets vous semble judicieux.)

Bonne lecture !
Repost 0
Published by Nirgal - dans Textes
commenter cet article
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 21:44
Ca fait maintenant un moment que les clips employant des typographies pullulent sur internet.
Il faut dire que c'est assez classe.
Je vous en propose un qui date un peu mais que j'aime encore mater de temps en temps :



Le clip a été réalisé par Olivier Baudoin sur une musique de ratatat, un duo new-yorkais entre un guitariste et un mixer/producer, il est possible de télécharger leur deuxième mixtape sur le site officiel, ou d'écouter d'autres de leurs morceaux sur leur page myspace.
Repost 0
Published by Nirgal - dans Découvertes
commenter cet article
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 20:56
Voici une petite vidéo bien foutue reprenant des passages de 2001, l'Odyssée de l'espace. La musique est de The Allstar Project, un groupe portugais de post rock que je ne connaissais pas jusqu'à ce soir (merci au frangin pour le lien !).



J'écoute beaucoup de post rock, c'est relaxant et par moments très prenant. Pour écrire, je n'ai encore rien trouvé de mieux que certains groupes comme explosions in the sky, red sparrowes, godspeed you black emperor, ou encore God is an astronaut.

En tout cas, j'ai beaucoup aimé ce morceau, même s'il reste super classique; et le clip est bien foutu.
Repost 0
Published by Nirgal - dans Découvertes
commenter cet article
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 06:29
Lorsque j'ai commencé à écrire des nouvelles, j'ai voulu expérimenter un peu, pour voir un peu où étaient mes limites et apprendre à utiliser les mots pour arriver au résultat souhaité. J'ai notamment essayé d'employer le présent et le passé, mais aussi le conté et le raconté dans une même nouvelle.
Et j'ai découvert quelque chose qui sur le coup m'a pas mal amusé.

Pour commencer, la pensée humaine est en grande partie structurée par le langage. Nous sommes des êtres communicants, même (surtout?) dans notre propre tête. Je n'irais pas jusqu'à dire que nos pensées sont conditionnées par le langage, mais je suis certain d'une chose : ça parle dans ma tête.
Ensuite, j'ai remarqué que le temps du récit était principalement le passé. Reniant le naturel de la chose, je me suis dit : "Merde, pourquoi le passé?".

C'est comme ça que j'ai découvert le pot aux roses.

Je n'étendrais pas la proposition à toutes les langues parlées, mes connaissances en ce domaine étant très limitées. La langue française possède un nombre assez incroyable de temps au passé. Cela montre bien le but du langage : transmettre des informations, raconter... Or lorsqu'on raconte quelque chose de passé, il est nécessaire de pouvoir déterminer une chronologie des événements les uns par rapport aux autres. C'est de là que vient ce grand nombre de temps passés.

J'ai ainsi compris la nécessité de ce "déséquilibre". Le présent étant un instant unique, un seul verbe (si je dis pas de conneries) suffira amplement à le retranscrire. Le futur, lui, est hypothétique ; on peut prédire avec certitude (au futur donc), ou émettre une possibilité (au conditionnel). Mais le passé a besoin de beaucoup plus de nuances pour être retranscrit de manière fidèle. C'est par le passé que sont transmis les patrimoines culturels, sociaux, scientifiques. C'est dans le passé que nous puisons nos savoirs.

Du coup, j'ai vu le langage un peu comme une pyramide inversée. Tout en bas, le langage à ses balbutiements, les paroles de nos ancêtres. Elles devaient être limitées bien sur, mais petit à petit, ces paroles ont bénéficié des sommes d'expériences et de vécus de chaque génération.
Ainsi, sur cette fragile base du langage, se sont empilés les couches de savoir, jusqu'à devenir un édifice aussi complexe que le savoir humain. Les deux sont d'ailleurs intimement liés, et nulle personne au monde ne saurait posséder toutes ces connaissances.

Cela dit, on apprends avec le langage, on communique avec, on joue avec, on pense avec, on aime avec, on vit avec...

Le langage est aussi un de nos plus gros handicaps. Tourné vers le passé, limité bien qu'en constante évolution... Mais peut-être un jour sera-t-il possible de nous en affranchir, d'étendre nos perceptions au-delà du temps, au-delà de l'espace...


Bref, voila une réflexion que j'avais trouvé intéressante. Après relecture ça me semble peut-être un peu décousu ou confus, mais j'ai fait mon possible pour transmettre ces pensées sans taper dans la dissert qui, je suppose, ne sied guère à un blog.
Repost 0
Published by Nirgal - dans Pensées
commenter cet article
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 11:30
Ryan McGinley est un photographe très talentueux. Mais les images sont plus parlantes que les mots :




Allez faire un tour sur son site.
Les photos valent vraiment le coup !


Repost 0
Published by Nirgal - dans Découvertes
commenter cet article
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 10:34
Elle est pas jolie la bannière ?!

C'est une oeuvre de mon frère tirée d'un projet (avorté) que nous avions en commun.

Reste plus qu'à changer la skin et ça va presque ressembler à quelque chose ici !
Repost 0
Published by Nirgal - dans Le blog
commenter cet article
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 09:19
Juste pour dire que le blog est encore en chantier. Je viens par exemple de voir qu'il était impossible de laisser des commentaires. Hérésie pour un blog non ?!
C'est maintenant chose possible.

J'ai aussi une bannière à adapter quand j'aurais le temps.

Il faudra que je me renseigne aussi sur tout ce qui est copyright, histoire d'illustrer les billets. Enfin, je vais essayer  d'adapter une skin à mes envies. Les skins proposées sont assez moches je trouve. Et aussi, il faut que j'adapte l'affichage pour la résolution du eeepc sur lequel je suis en train d'écrire.

Comme c'est ma première expérience de blog, toute remarque ou suggestion sera la bienvenue.

Et ne vous inquiétez pas, je ne vais pas raconter ma vie tous les jours. Le billet précédent était une sorte de présentation. J'ai déjà deux trois réflexions que j'aimerais bien développer ici, et je posterai certainement quelques nouvelles de mon crû d'ici peu.

Voila, je vais essayer de vous faire un truc sympa, de parler de sujets variés, mais aussi de proposer un environnement plus joli, plus vivant.

A très bientôt !!
Repost 0
Published by Nirgal - dans Le blog
commenter cet article
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 16:49
Mouais.
Dormi deux heures au plus cette nuit. La misère. Des années que ça ne m'était pas arrivé. J'ai bien eu une période d'un an où rares étaient les nuits de plus de 4-5 heures. Mais là ça fait des années que je dors plutôt bien, j'ai même réussi à me taper des nuits de 13-14h de sommeil !

Bref, tête dans le cul. Saoulé. Énervé. Fatigué. Presque déprimé.

Enfin présentement, c'est surtout la colère qui m'anime, et je vous raconte pas l'effort que je fais pour ne pas jurer.

En tout cas j'aurais au moins eu la motiv d'appeler des boites de sécurité pour trouver un stage de veilleur de nuit. Mais là encore c'est pas gagné. Pas de stage possible avant juin sur la dizaine de boites appelées. Va falloir que je repasse chez mon vendeur de thé. Il m'a parlé d'un de ses clients ou amis, je ne sais plus, qui travaille comme veilleur de nuit dans un musée.
Le rêve quoi : passer des nuits entières enfermé dans un musée parcouru d'ombres et d'ondes créatrices. Quel meilleur cadre pour écrire ?

Mais bon, là aussi c'est pas gagné. Rien que pour trouver des infos sur le job en soi, faut s'accrocher. Et faut dire que j'en ai un peu ma claque de faire le tour des sites d'orientation ou de conneries dans le genre. Ça fait des années que j'essaie de trouver ma petite place dans cette conne de société sans la trouver.

Après le bac j'ai fait une année de fac de philo, mais un seul cours me passionait, les autres me dégoûtaient. J'ai embrayé sur un BTS MUC en alternance. Sympa au début, je bossais la moitié du temps dans un magasin d'informatique. Mais j'ai vite déchanté. Sans rentrer dans les détails, je me suis vite fais chier.
Après avoir obtenu allégrement le diplôme sans ouvrir un bouquin (c'était un peu bidon faut dire), l'école privée me propose de faire une licence en me proposant un stage dans une boite de comm : Spootnik Studio.

Je n'ai pas hésité longtemps. Ils éditent Khimaira, un magazine sur les mondes de l'imaginaire.
L'entretien était assez marrant. J'arrive tout guindé dans un de ces costumes à la con en plein été. J'avais sué à grosses gouttes dans ma clio sans clim. J'arrive dans la boite et je vois débarquer un mec souriant, en chemisette, short et tongs. Je me suis senti con, mais d'une force...

Bref, le taf semblait cool. Commercial pour la branche communication et quelques actions concernant le mag. D'ailleurs, une de mes premières tâches a été de faire une relecture finale du mag. Là je dois avouer que j'ai pas mal biché. Mais bon, je ne suis pas fait pour être commercial. On dirait pas comme ça mais il faut une sacrée résistance à l'échec, aimer se prendre des vents... J'ai tenu plusieurs mois avant de craquer et de finalement arrêter le stage. Ça a été une décision très difficile, j'adorais travailler avec Christian Lesourd, le boss de Spootnik et un des mecs les plus sympas que j'ai pu rencontrer. Mais la vente n'était décidément pas mon fort.

Je rêvais d'avoir l'opportunité de travailler dans l'édition, voir comment ça marche derrière. Et je dois avouer que c'est un secteur super intéressant.

Donc, après ça, je termine ma licence de comm tout en cherchant une perspective d'avenir. Après des mois de recherche, de remise en question, d'interrogations, je me penche vers la psycho. Faut dire que j'ai toujours été fasciné par la folie et la manière dont fonctionne l'esprit humain. Et j'ai pas fais les choses à moitié avant de me lancer dedans. J'ai lu des bouquins, rencontré des psys, fait moult recherches. J'ai donc commencé l'année en connaissance de cause.

Donc je commence l'année scolaire, touchant le chômage et ayant cours huit heures par semaine. Pas de souçi quoi.

C'est là que l'inattendu arrive.

Pour la ptite histoire, mon frère avait fini sa formation de game designer. Il avait fait une démo de jeu dans lequel ils exploitaient un concept assez novateur. Quelques mois après la remise des diplômes, des personnes influentes dans le milieu du jeu ont montré un certain intérêt pour le concept de leur démo.

Un pote qui avait travaillé avec mon frère sur ce projet a donc voulu faire un game doc sérieux pour proposer le projet à des boites ou pour trouver des financements. Je me suis proposé pour leur pondre un ptit scénar. Ça faisait des années que je n'avais pas écrit sérieusement et ça me manquait. L'occasion de travailler avec d'autres personnes sur un même projet m'emballait. Le projet en lui-même m'emballait...

Et je me suis amusé. Bien plus que je ne le pensais. J'ai pondu trois propositions de scénario en quelques semaines. La dernière a été montrée à un scénariste pro qui l'a trouvée pas mal du tout. Mais peu de temps après, le projet s'est enlisé. Le pote avec qui je bossais a été embauché et n'a plus eu de temps à consacrer au projet. On l'a donc mis en pause.

Mais travailler là-dessus avait réveillé en moi un plaisir que j'avais oublié depuis trop longtemps. Écrire.

Donc je me suis relancé sur un projet de space opera que j'avais commencé plus de cinq ans auparavant. Un projet auquel j'avais continué de réfléchir durant toutes ces années, qui avait lentement mûri dans ma tête.

Parallèlement, il y a eu les blocages de la fac à la fin de l'année dernière. J'ai donc passé encore plus de temps à écrire, et de moins en moins à lire des bouquins de psycho.

Après les festivités annuelles, juste avant les partiels, j'avais pris ma décision, un genre de bonne résolution de nouvelle année. Pour ma part c'était une résolution de nouvelle vie.

Il fallait que j'arrête de tourner autour du pot, que je comprenne enfin que mon rêve était possible si j'y mettais les moyens. J'ai alors décidé d'arrêter la fac pour m'adonner sérieusement à l'écriture.

Depuis, j'ai encore un peu avancé sur mon projet de space opera, j'ai pondu quatre nouvelles dont deux sont maintenant "publiables", commencé une foule d'autres trucs que je développe de temps en temps.

Le projet de jeu a lui aussi un tout petit peu avancé. Une boite s'est montré clairement intéressée par le projet, j'ai donc fait une quatrième version dans l'urgence car la boite travaille sur unprojet initialement prévu pour cet été. Heureusement, ils ont repoussé leur propre projet à l'été 2009, ce qui nous laisse encore pas mal de temps. Même si y on croit de moins en moins, on se dit que ça vaut le coup de tenter sa chance.

Bref, depuis quelques mois, je m'éclate ! Je suis même sorti d'une longue période geekage et ai retrouvé une vie sociale normale.

En fait tout serait parfait si cette conne de société ne me poursuivait pas.

Hé oui, il faut gagner du fric pour vivre, et l'ANPE prend un malin plaisir à me le rappeler tous les mois. Ma conseillère est super sympa, elle fait bien son boulot, mais me voila à devoir me détourner de ma passion pour retourner à la triste réalité.

C'est pour ça que je galère à trouver des infos pour travailler comme veilleur de nuit. C'est le seul taf que j'ai trouvé qui permette de concilier activité pro et écriture. Mais là encore ça n'est pas si simple que ça.

Et tout ça me mène vers le cri que je me retiens de hurler depuis des semaines :

PUTAIN DE MERDE FOUTEZ-MOI LA PAIX ET LAISSEZ-MOI ECRIRE !!!!

Haaaaaaaaaaa...

C'est marrant je ne pensais pas que ça ferait autant de bien de balancer ça sur un blog (même si personne ne le visite encore). Je crois que je prends déjà goût au bloguage.

Et je n'avais pas prévu de raconter ma vie non plus. Merde quoi ! Clavier, volerais-tu ma volonté ?!

Bref, je vais m'arrêter là pour aujourd'hui. :)
Repost 0
Published by Nirgal - dans Et moi alors
commenter cet article

Articles Récents

Catégories