Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Profil

  • Nirgal
  • Wanderer.
Favourite places : Inside the Mind and Outer Space.
  • Wanderer. Favourite places : Inside the Mind and Outer Space.

Rechercher

Archives

/ / /


Comme une noire colère s'abattait des cieux, le monde s'ouvrit dans un gouffre de violence.

Des cris résonnaient, vibraient dans un mélancolique choeur envoûtant.
Une pluie tourbillonnante s'abattait sur les collines endeuillées, drapées dans un amer souvenir.

A mesure que les lamentations s'estompaient, la pluie se fit douce.
Elle s'insinuait entre les cadavres, les lavant, préparant leur repos, leur fin.

Soudain, une musique s'étira au-dessus des champs embrumés.
Douce, triste et amère, elle chantait la fin d'un âge.
Les notes s'envolaient, vibraient.
Elles s'insinuaient, rampaient jusqu'à mourir, s'évanouir,
Tissaient un nouveau monde, un printemps s'éveillant.
La mort se faisait terreau de la vie comme la musique emplissait le champ de bataille.
Les corps se décomposaient comme le chant résonnait.
Et la pluie continuait de laver la haine si longtemps déversée.

La musique venait du sommet d'une montagne de corps, où se juchait une ombre.
Un spectre perclus de souffrance, perdu dans une peine immense.
Il chantait les morts, faisait le deuil de toutes ces vies arrachées, emportées dans l'oubli.
Il chantait leur mémoire et leur pardonnait.
Contait leur perte et les enchaînait.
Lavait son coeur, lavait ses mains et ses pleurs.

La pluie portait son chant, et son âme s'envolait, s'oubliait.

Les lèvres du guerrier étreignirent une dernière note qui vibra et ouvrit le ciel.
Un rayon ardent se posa sur lui et le salua.
Alors il sourit, pleurant ses dernières larmes, ses dernières morts qui le hantaient.

Il se redressa, empoignant son épée encore rouge du sang écoulé.
Le rayon s'élargit, dévoilant le champ de bataille, les corps et les membres enchevêtrés.
Un silence épais s'étalait.

Alors le guerrier jeta au loin son arme, soulageant sa foi et reniant ses exploits.
La mort s'était jointe à lui, l'avait étreinte dans un ballet.

Un sacrifice pour une renaissance.
Une guerre pour une paix.
Une peine pour un bonheur.
Un malheur pour continuer.
Et son coeur chantait.

Nirgal

Partager cette page

Repost 0
Published by

Articles Récents

Catégories